Retour sur la conférence "Une nouvelle arme pour le développement commercial et politique de la Chine : la devise CNH"

20/06/2017

-

Conférences / Rencontres

Le 7 juin 2017, s’est tenue la Conférence du Club Finance CGAO animée par Cyril de Lambilly, Responsable de l’ALM Trésorerie des activités de marché pour BNP Paribas à Londres

Depuis 2010, la Chine s’est engagée dans un long processus d’internationalisation qui l’a conduit à créer sur un marché parallèle transitoire, une monnaie offshore : le CNH.

Le RMB est le nom générique du Yuan ; il est la seule et unique monnaie officielle et légale en Chine continentale mais se décline en deux composantes dès lors qu’il est coté sur deux marchés distincts, à des taux de change différents selon l’endroit de la négociation :

  • CNY : si cotée « onshore », non livrable  dont le taux de change avec US Dollar est fixé par des transactions sur le sol chinois  (utilisé par les exportateurs onshore qui achètent du CNY et vendent de l’USD)      
  • CNH : si cotée « offshore », livrable à Hong Kong et dont le taux de change est fixé par l’offre et la demande privée appliqué en dehors de la Chine continentale

En s’ouvrant à l’international, la Chine ne fait pas exception à la règle, elle n’échappe pas aux lois de l’économie. Elle ne peut pas durablement maintenir une politique de change à taux fixe, conserver une autonomie de sa politique monétaire domestique tout en ouvrant légèrement son capital.

La Chine a donc engagé de nombreuses réformes, qui malheureusement, ont pris un certain retard, suite à une mise en place en douceur pour éviter de créer des déséquilibres économiques et financiers, à une lente libération des marchés financiers pour ouvrir le compte de capital chinois, à la place importante de la corruption dans le pays, et enfin, du fait qu’en 7ans, l’environnement économique a changé : la Chine est passée d’un Etat « consommateur » avec une croissance à 2 chiffres où il y avait le plein emploi, des coûts de main d’œuvre faibles, des investissements extérieurs massifs, etc.., à une croissance à un chiffre, avec l’explosion du coût du travail, etc. enfin doit aujourd’hui réformer en profondeur, son système Politique, économique et d’urbanisation pour forcer la consommation.

La route est encore longue pour que le CNH supplante l’EUR ou l’US Dollar.

Son internationalisation et son utilisation par les différents acteurs économiques n’ont cessé de croître depuis 2010. Aujourd’hui, il est possible, même à un particulier, d’ouvrir un compte en RMB, d’effectuer des paiements internationaux, de faire des couvertures de change et de taux, d’investir dans des produits structurés, d’émettre des obligations, des actions en CNH.

L’économie est en perpétuelle transformation et les prochaines étapes dépendront de la manière dont la chine fera face aux risques comme la dépréciation de sa devise et la baisse des réserves FX, la libération du capital, le renforcement ou non des contrôles mais aussi de la volonté des Autorités chinoises à  réformer en profondeur.

 

Le thème a suscité un vif intérêt qui a permis de nourrir de nombreux échanges.